jeudi, août 11, 2022
AccueilHistoireUne application propose une visite guidée de Vichy pendant la Seconde Guerre...

Une application propose une visite guidée de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale

Publié le 14/07/2021 08:04

Durée de la vidéo : 1 min.

Article rédigé par

Cette application permet de découvrir l’histoire de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale de manière ludique, mais participe aussi à la reconnaissance du rôle de l’État français pendant la collaboration. #IlsOntLaSolution 

La technologie au service de l’Histoire. À Vichy, une appli permet aux visiteurs de découvrir la ville des années 1939-1945. « Le 20 août 1944, les Allemands débarquent à l’hôtel du parc pour arrêter le Maréchal qu’ils emmènent de force à Belfort », énumère le téléphone d’une touriste devant le dit-parc. Le principe ? Déambuler dans les rues de Vichy en suivant une carte numérique et découvrir, au détour de 23 QR codes dispatchés dans la commune, l’histoire de la ville qui fut choisie par le maréchal Pétain pour installer le gouvernement français pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un parcours qui fait l’unanimité auprès des visiteurs présents sur place. « C’est très facile d’utilisation pour les personnes qui sont moins à l’aise avec la technologie. C’est très bien raconté, très bien expliqué, c’est très bref mais c’est très précis », témoigne Kelly Cera, élève de seconde. Si vous souhaitez effectuer la visite à distance, c’est aussi possible grâce à un site web.

Intitulée « Vichy 1939-1945 », l’appli a été créée par Audrey Mallet, historienne autrice de l’ouvrage Vichy contre Vichy. Elle vise à rendre l’histoire de la France accessible à tous de façon ludique, mais pas que. L’innovation a aussi pour but d’honorer un devoir de mémoire en participant à la reconnaissance du rôle de l’État français dans la collaboration, un mouvement enclenché dans les années 1980 par Simone Veil. Pour cela, le terme « Régime de Vichy » est remis en perspective. « Quand on dit ‘Régime de Vichy’, il y a un côté ‘c’était Vichy, ce n’était pas la France’ », explique Frédéric Aguilera, le maire de la ville, qui préfère parler « d’Etat français ».

« Il y a une volonté d’en parler et d’ouvrir la boîte de Pandore. Le fait que la ville ait soutenu mon initiative montre qu’il y a une volonté dans ce sens », ajoute Audrey Mallet.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires